Leçon de prêche psychanalytique, Vol. 1

Cher disciples,

Ce prêche de Père Sommeil reste un modèle du genre qui devrait être enseigné à tout futur cardinal psychanalytique.

Commençons donc par le contenant, à savoir cette ambiance délicieusement pastorale et résonante, cette sobre réverbération propre au recueillement, à la vénération. Admirons également cette posture impliquée, ce pupitre fermement saisi comme pour tenter de maitriser sa pulsion phallique bouillonnante, pour ne pas dire turgescente. Enfin, le ton est posé, et parfois ponctué de discrètes saillies suivies de décélérations salvatrices, le tout cultivant cette frustration insoutenable et subtilement contagieuse.

Le contenu se révèle encore plus pénétrant. Père Sommeil nous rappelle, mais le faut-il encore, que sans les découvertes freudiennes, les droits de l’Homme étaient voués à disparaitre. Ceux-ci ne survivent effectivement aujourd’hui qu’à travers la survie de notre clergé, ce qui rend notre œuvre d’autant plus indispensable à la survie de l’espèce humaine. Pour aller plus en profondeur et passer du freudisme au freudolacanisme, l’Homme a cela de spécifique qu’il est capable de « devenir ». L’important n’est pas ce qu’il devient ou ce qu’il pourrait devenir sans l’intervention psychanalytique, à savoir psychotique ou esclave, mais plutôt de laisser la psychanalyse le faire devenir ce qu’il veut secrètement devenir. Nous sommes les seuls à offrir à l’Homme la réalisation de ses vrais désirs, ceux qu’il cache dans son inconscient et qu’il n’ose avouer à personne, même pas à lui-même. Laissez-nous donc chercher dans vos inconscients frigides ce que vous voulez vraiment devenir et nous saurons non seulement le trouver mais l’accomplir, vous rendre puissants de nouveau.

L’Homme, et certaines espèces d’oiseaux, sont ainsi les seuls à pouvoir « devenir » ce que nous voulons car ils sont doués de la parole. En tant qu’êtres parlants, ils sont soumis au célèbre tiraillement acromio-claviculaire :

  1. L’ange lacanien sur l’épaule droite qui instille ces subtils lapsus et autres messages codés tel un résistant de la grande époque, ceci pour diriger le sujet vers un divan salutaire, salvateur, libérateur, qui saura recueillir ses pensées et son argent pour mieux les mettre à profit et sublimer ce sujet.
  2. Le diable comportementalofacho sur l’épaule gauche, dont le seul but est de détourner le sujet de notre vérité, de le diriger vers la drogue, l’argent facile, la dictature fasciste et la lobotomie, tout en sachant que ce qu’il ne peut savoir n’aura été su que par les vrais savants : ceux qui savent que la science n’est aujourd’hui que scientisme.

Ainsi, moi, Jean-Marie de Lacan, en appelle à tous les oiseaux parlants donc dotés d’inconscient et appelés au « devenir », à rejoindre nos divans et accessoirement constituer une armée de becs. Cacatoès, perroquets, pies et autres corbeaux, vos becs sont notre seul espoir, et la seule arme capable de vaincre les terribles cognitivos. Ne vous laissez pas dresser mais allongez-vous et parlez librement.

Retrouvez le Père Sommeil et ses fidèles sur Insistance

Advertisements


Catégories :Cas leçons, Ferai si Prêcha

Tags:, , , ,

3 réponses

  1. à se pisser dessus de rire, nous sommes en pleine confusion des genres, mélange de sous philosophie heidegerienne, de bons sentiments boy scout.Sommes nous à une prédication à Notre Dame, dans un café philosophique….
    cela dit laissons la psychanalyse dans son déclin inévitable s’embourber dans sa logomachie insignifiante.

  2. C’est tellement passionnant, entraînant, envoutant, enjoué et convaincant ! Je me l’écouterais tous les matins afin de me donner de l’énergie pour toute la journée. Aurait t-il abusé quelque peu du redbull tout de même? Ou de guronsan ou tout autre excitant. Je ne demande qu’une chose : pouvoir rencontrer ce grand manitou, et avoir l’occasion de profiter du paradis sur terre que doit être sa bibliothèque personnelle.

  3. Voici sans conteste des avis de racailles qui n’ont propablement rien lu, ou mal lu, ou mal compris l’oeuvre sacrée… Sachez que Père Alain-Didier n’a pas de temps à perdre avec de tels petits galopins : votre psychologie de comptoir se trouve face à la grande psychanalyse des droits de l’Homme!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :