Actarus et le transfert

Cher disciples,

Je ne saurais vous ré-ensaigner suffi-sciemment cette notion capitale et incontournable de transfert, ce procédé qui dois-je encore vous le rappeler, vise à la substitution d’un mal, d’une plainte, d’une souffrance, d’une frustration, par une jouissance divine découlant d’un amour, d’une vénération addictive dirigée vers les dignes chasseurs d’inconscient que nous sommes. Il s’agit bien évidemment du point d’ancrage déterminant, s’il en est ainsi, de la poursuite garantie d’une cure jusqu’à un terme qu’il nous appartient, à jamais, de fixer. Un bon maniement, jusqu’au dénouement, de cette oscillation entre frustration, espérance et quête de l’infini doit vous permettre de négocier, si ce n’est de monnayer au mieux ce pacte avec l’inconscient tout puissant.

Je m’étendrai de toute ma psyché en ce jour réjouissant sur l’étude d’un cas : celui d’Actarus, un modeste fermier du Ranch du Bouleau Blanc. Ce jeune homme irritable et lunatique cache derrière sa défense mélancolique un terrible secret bien refoulé au plus profond de son inconscient. Il s’est auparavant résolu à fuir, lâchement diront certains, Euphor sa planète d’origine sans pouvoir empêcher sa destruction par l’empire des forces de Véga. Rongé par une culpabilité, incapable de jouir dans tous les sens du signifiant comme en témoigne sa maîtresse Vénusia, le prince d’Euphor se dirige alors irrémédiablement vers la seule solution, à savoir « faire sa psychanalyse » comme le dirait le Père Cippabony.

Il procède en premier lieu à ce qui est nommé la « métamorphose », un phénomène matérialisé sous la forme d’une glissade en toboggan et qui symbolise évidemment l’assouvissement d’une pulsion héritée de sa lointaine sexualité infantile. Cette masturbation symbolique lui permet de devenir Actarus, dans sa version spermatozoïdaire signifiante de l’objet grand G.

Désormais à bord de son vaisseau, et au bord du vertigineux inconscient, Actarus procède à la phase décisive du « transfert » par laquelle il active la puissance énergétique de l’objet grand G. Un rapide coup d’œil sur le déroulement de cette opération permet une inévitable et savoureuse interprétation symbolique bien chantournée : l’Actarus spermatozoïdosignifié se retrouve propulsé dans l’urètre du glorieux objet grand G mais la jouissance reste heureusement contenue à son extrémité pénienne. Cette débauche d’énergie implosive permet la sublimation et donc, la victoire au combat contre les forces de Véga, non sans l’aide précieuse du délicieux et tout aussi sexualisé fulguropoint…

L’œuvre de Go Nagai nous apporte un nouvel éclaircissement sur l’universalité de théories qu’on ne cesse effectivement de vérifier jusque dans l’imaginaire collectif. La fameuse métamorphose symbolise à l’évidence l’entrée dans le cabinet de l’analyste, le dé-cul-bite-usse sur le divan, tandis que le « transfert », de par sa dénomination signifiante, représente cette capacité transférentielle invincible, transfert grâce auquel tout analysant devient un objet grand G en puissance, capable de dompter l’inconscient tout puissant et les forces cognitivos de Véga!

Advertisements


Catégories :Cas leçons, Concis des Rations, Non-Dupe-Elvis, Terre à Pies

Tags:, , , , ,

5 réponses

  1. Formidable analyse… mais la question du double demi-tour reste en « suce-pan », et c’est pourtant l’une des plus fondamentales : pourquoi ce double demi-tour, inutile rotation ?
    http://www.topito.com/top-des-tentatives-dexplications-de-laffaire-goldorak
    Comme le demi-tour est une involution (t²=id), le lien mathématico-psychanalytique devrait être interprétable à un digne déscendant de Lacan. Pour un prochain billet, peut-être ?
    Amitiés

    • La plupart des cognitivos pencheraient vers ce qu’ils appellent un rituel de vérification : « le sas est-il bien fermé, 1-2-3 oui bien fermé ». Or que signifient ces vérifications du nevrosé si ce n’est celles d’une continence anale et la crainte du désir de répulsion d’avoir envie d’une relation homosexuelle : en somme, un cas typique de paranoïa chez cet Actarus.

  2. Intéressant. Mais la Vraie Psychanalyse, c’est en cliquant sur mon pseudo qu’on l’a trouve!

    • Sachez que l’art de la psychanalyse n’est pas donné à toutes les femmes comme Freud le disait déjà. J’irai cependant faire un tour pour m’assurer de l’absence de blasphème sur votre blog.

  3. j’adore ! Mais je ne sais pas quoi dire d’intelligent après tout ça.
    Le fait d’avoir été impressionnée par les métamorphoses et transferts étant enfant indique peut-être que je partageais quelques névroses avec le fermier en question.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :