Père Cippabony contre-attaque ! Vol. 2

Chers disciples,

Quelques mois avant son intervention perforante baptisée « Onfray fait sa psychanalyse », Père Cippabony soulignait déjà la profonde inexactitude les écrits de la racaille Onfray. Comme il le mentionne dans cet enregistrement, le débat était alors faussé : on laissait le gladiateur tuer la « bête » après n’avoir fait face qu’à des objections faiblardes ou hystériques.

Je me souviens pourtant d’oppositions farouches et très argumentées, notamment la performance du cardinal Chat-Calin (« attention flottante est une mauvaise traduction! ») et celle de son petit frère, le Gérard de la psychanalyse (« vous êtes le fils caché de Nietzsche et Zavatta »). Les interventions de la grande Prêtresco peuvent quant à elles se voir qualifiées de rayonnantes mais au combien jamais d’hystériformes.

Hélas, les plateaux de télévision n’ont laissé aucune place aux « objections consistantes » du Père Cippabony qui nous en livre ici la véritable raison (« Mr Onfray a demandé que je n’y sois pas »). Le philosophe gladiateur et « cavalier de l’apocalypse » avait donc parfaitement jaugé la menace constituée par la présence du Père Cippabony. Celui-ci n’aurait eu besoin que de quelques élans verbaux bien sculptés pour mettre en évidence les mensonges aujourd’hui reconnus de notre rat-caille. Voici, pour exemple, un échantillon de quoi l’Onfray s’effraie :

Les gens qui eux ont besoin d’une psychanalyse vont repartir de ce jeu de cirque très troublés parce que les gens sont plutôt enclins à estimer, à estimer l’autre. Voilà quelqu’un avec tout un boulot contre Freud pour montrer que Freud, c’est vraiment un pourri, un pourri comme on ne peut pas imaginer. Il se peut qu’il ait trompé sa femme avec la sœur de sa femme. Vous vous rendez compte? C’est impensable une chose pareille! Il se peut même qu’il ait pris des patients en espérant qu’ils allaient le pistonner dans le social et il se peut qu’il ait parlé à des responsables nommé par les nazis puisqu’il a vécu dans un territoire pronazi pendant cinq ans. […] Et puis qu’aurait fait un juif de plus pour dire : attention on va nous tuer?

La racaille se trompe car « personne n’idolâtre Freud depuis longtemps » et « la question de Freud comme idole est bidon ». Tout le monde sait aujourd’hui, comme le rappelle Père Cippabony, que les psychanalystes « ne vont pas faire un signe de croix pour Freud avant d’aller en séance » mais qu’ils préfèrent se repoudrer le nez tout en se masturbant en son honneur pendant les séances. Si quelqu’un y voit ne serait-ce qu’un soupçon d’idolâtrie là-dedans, qu’il le refoule à jamais! Je rappelle au passage à tous mes disciples que notre fière psychanalyse n’existerait pas si le grand prophète n’avait pas découvert, en compagnie de Fliess, l’analogie troublante entre les muqueuses nasale et sexuelles qui sont d’ailleurs directement reliées par la névrose reflexe. La jouissance se trouve ainsi logiquement décuplée par cette bistimulation.

Pardonnez-moi cette légère digression avant un retour sur une très belle interprétation du Père Cippabonyl, propulsée dans les règles de l’art de la résistance projetée : la psychanalyse ayant diminué la pensée nietzschéenne, Onfray, vexé, venge son « père » et maître Nietzsche en diminuant le père de la psychanalyse. Or si le Prophète Premier a repris certaines pensées nietzschéenne,

il ne les a pas pompées chez Nietzsche, mais les a prises chez les êtres souffrants qui viennent parler du refoulé et qui révèlent toutes ces choses que Nietzsche avait découvertes « à la main » si je puis dire, et la psychanalyse les découvre avec des millions de gens qui en parlent, qui en témoignent et qui essayent d’en faire quelque chose.

Quittons nous sur ce final émouvant à la gloire légitime de notre Dieu :

le freudisme a inventé rien de moins que cette chose extraordinaire que des gens qui souffrent peuvent, lorsqu’ils sont entendus par des gens qui peuvent leur faire entendre ce qui frappe sur leur tête et qui cogne jusqu’à ce que ça entre et si c’est pas entendu ça fait mal ça fait des maladies, voilà ce qu’a inventé le freudisme!.

Publicités


Catégories :Blesse-Femme, Cas leçons, Est-ce car Mouches?, Fatwanalyse

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :