Aldo Minacione contre-attaque !

Chers disciples,

Les ignorants continuent à chercher en vain une cause au malaise actuel de notre société alors qu’il suffit, comme nous le rappelons sans cesse, de revenir aux Prophètes Premier et Second pour la trouver ainsi que sa solution : d’un père deux coups.

Il s’agit bel et bien de l’annihilation pure et simple de l’instance paternelle, quand nom du père et non du père ne font plus qu’un. Mais nos braves d’honneurs de sperme n’en sont certainement pas responsables ni coupables. La traitrise est une nouvelle fois à chercher du côté de la croqueuse de pomme qui ne cesse de fauter avec nos enfants en toute impunité, négligeant de ce fait le premier des devoirs conjugaux. La frustration paternelle qui en résulte, soumise au miroir de la descendance, devient ainsi intolérance à la frustration chez nos chers bambins. Après avoir fabriqué des schizophrènes, puis des autistes, nos cruelles femmes nous façonnent aujourd’hui des hordes de sociopathes. Il s’agit d’une dangereuse inversion œdipienne! Dois-je encore vous rappeler qu’il fut un temps, le bon, où le père savait instiller la peur chez la mère et son enfant pour préserver le seul équilibre familial valable. Aujourd’hui, ces deux-là font équipe pour exterminer tout bon père de la surface de la Terre.

Cette entreprise diabolique et vicieuse a su prendre un visage séduisant : celui d’un « matriarcat dégoulinant d’amour » et de parité visant à une castration progressive et inéluctable de pères aujourd’hui dans un triste état. Ceux-ci se retrouvent alors face à un choix des plus corps-nez-liens : régresser au stade de femme ou divorcer, car l’infidélité masculine autrefois glorifiée devient aujourd’hui un motif de discrimination.

Je lance aujourd’hui un appel à tous les pères, qu’ils soient « papa poules », en congé paternité ou encore métrosexuels : réveillez donc votre libido! Car il s’agit bien de la clef du succès et de la reconquête du pouvoir suprême familial. Votre femme doit vous aimer, c’est-à-dire vous craindre! Vos enfants doivent vous craindre, c’est-à-dire vous aimer! Quoi de plus excitant?

Dans le cas où vous ne sauriez par où commencer, je vous offre ma conduite à tenir, mes con-signes pour ce qui doit être votre reconquête de l’érection perdue en trois étapes :

  1. Procéder immédiatement à une séance de coït avec votre femme sous le regard de vos enfants. Cette séance devra être courte et brutale pour instiller au mieux l’angoisse de castration dans l’inconscient de vos chers bambins.
  2. Procéder dans les plus brefs délais à un repartage des tâches selon les valeurs freudiennes du début du siècle dernier. En vous réattribuant les plus nobles de ces tâches, vous devriez réinstaller chez votre femme la fameuse « inhibition de la pensée requise pour la répression sexuelle ».
  3. Officialisez une ou plusieurs relations extraconjugales. Dans un cas, la peur de l’abandon de votre femme s’en trouvera renforcée ainsi que sa soumission. Dans l’autre, si celle-ci demande le divorce, il n’aura aucune chance d’aboutir si votre avocat plaide selon le prophète Lacan : « il n’y a pas de rapport sexuel ».

Ceux qui souhaitent approfondir leur exploration du « gouffre de la maternité » iront lire quelques ouvrages du camarade Aldo Minacione ainsi que cette délicieuse entrevue qu’il accorda récemment au magazine Le Point et dont je vous livre un extrait croustillant :

Comment les rôles devraient-ils se répartir entre les parents ?

Le père s’est historiquement fabriqué lorsque, fonctionnant sur son seul intérêt, il a délibérément ignoré son enfant pour ne s’intéresser qu’à l’objet sexuel qu’était sa femme. Ce faisant, il a indirectement écarté l’enfant et la mère en mettant de la distance entre eux. La mère n’était plus toute pour son enfant. C’est ainsi que les choses se sont passées dans l’histoire de l’espèce, c’est ainsi qu’elles sont attendues dans la psyché, dans l’équilibre des forces. C’est ainsi qu’elles devraient se passer et qu’elles ne se passent plus.

Transferentiellement votre…


Advertisements


Catégories :Blesse-Femme, Cas leçons, Concis des Rations, Est-ce car Mouches?, Ferai si Prêcha, Non-Dupe-Elvis

Tags:, , , ,

5 réponses

  1. Pourquoi les péres écarteraient les petits de leurs méres ? Chez les mamiféres se n’est pas évident . ça peut être n’importe quel mâle . La notion de pére n’a aucun sens chez la plupart des animaux . Le mâle féconde et puis voilà . De toutes façon lorsqu’une mére en a marre de ses petits , elle les chasse et puis voila .
    Le pére chez les humains est une création sociale , une évolution culturelle qui se séparre de la nature . Des milliers d’éspéces se passent trés bien de pére .
    Au sujet des systémes matriarcales ça marche aussi chez les animaux par exemple chez les rats-taupes du desert mexicain qui vivent en colonies souterainnes un peu comme les insectes sociaux avec une reine pondeuse …..
    Chez les lions se n’est pas le pére qui va tuer les lionçeaux pour rendre la lionne disponible , c’est un lion qui n’est pas le géniteur des lionçeaux en quéstion . La lionne privée de ses petits retombe alors en chaleurs et le nouveau lion en profitte .
    Chez certains oiseaux les oeufs sont pondus dans un nid colléctif et couvés souvent par des mâles qui ne sont pas forcemment les péres d’ailleurs …..
    Je pense que les interprétations psychanalitiques sont des fictions , des constructions à postériori .

    • Comment osez vous comparer l’être parlant avec de stupides animaux sans inconscient!
      Vous n’avez décidément rien compris à Freud. Relisez le, encore, jusqu’à ce que vous compreniez enfin de quoi vous parlez, puis revenez en discuter une fois que vous y aurez adhéré.
      Il n’y a de fiction que la vérité propre à chacun. Votre inconscient vous pousse à vous comparer à de bien drôles d’animaux, chère Stephanie-maux.
      Vous pensez peut-être protéger vos lionceaux de l’adversité, mais vous devriez peut-être les laisser affronter une angoisse de castration, hélas, aujourd’hui en voie de disparition.

  2. Heureux de ce retour, après quelques mois de silence pendant lesquelles l’engeance comportementalo a tenté de reprendre du poil de la bête 🙂

  3. Ah que c’est bon!
    Que c’est bon et roboratif de lire des textes qui ridiculisent les professeurs diafoirus de la psychologie, sur lesquels nos journalistes et éditorialistes n’ont pas le moindre recul.
    Aldo est tout simplement un curé. Il s’exprime comme un curé et ne s’autorise que de lui-même : aucune référence scientifique ni même factuelle. C’est un charabia misogyne et indigeste censé faire autorité. Bref, un truc de curé.

  4. C’est vraiment le bordel, ici… tous ces gens qui osent parler de la psychooanalyse sans jamais avoir été castré au moins une fois, si ça ne tenait qu’à moi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :