Frère Jacasse contre-attaque ! Et puis s’en va…

Chers disciples,

Je souhaite porter à votre connaissance la profonde tristesse révoltée qui anime mon un_conscient depuis quelques jours ? Nous venons de perdre l’un de nos frères d’armes les plus précieux, un fier combattant lacanien dont les actes de bravoures et les amulettes freudiennes qui venaient les raies-con-penser, n’étaient plus à compter, ni à conter.

Le ministre de la culture n’ayant hélas répondu à mon invitation, tout comme ses meilleurs imitateurs, c’est avec un honneur un_comment-« seul-sur-le-sable et les yeux dans l’eau » que je me lance dans un éloge fût-il, des ténèbres :

Tu es parti, frère Jacasse, emporté par un ouragan, emporté par l’hystérie collective d’une foule de grognasses désherbant l’un_conscient autistique.

Tu étais un rival, mais nous menions le même combat, contre l’un_posture scientiste des biolos et autres cognitivos : bande de salauds! Le même combat (« Légitimité de la demande et adaptabilité de la réponse thérapeutique »), celui de la liberté de soigner à un rythme que nous voulions nôtre, et non celui de l’un_conscient collectif du grand Autre social capitaliste et mondialisé.

Tu savais probablement aussi bien que moi, ce que veut vraiment le client qui souffre : être écouté, sans être jugé autrement que par les un_conscients communicants dans sa singularité de sujet, et, par-dessus tout, en condamnant sans pitié sa cruelle maman. Tu savais également que tant que cette dernière se refuse à reconnaitre ses torts et à les payer par le Saint Impôt divanescent, il ne sert à rien d’agir, les progrès seront stériles, super-ficelles, et le client ne peut qu’attendre, patiemment, dans nos divans reliés à la divine matrice de l’un_conscient.

Tu me détestais mais tu sais bien ce que j’ai été le premier à t’apprendre : « La haine n’est autre qu’un amour coloré de l’angoisse de l’éventuelle précocité du premier jet de foutre » (Du signifiant de l’un_continence sexuelle, JMDL, 1924). Je savoure ainsi le merveilleux hommage (« Dernière séance ») que tu m’adresses, ces splendides diagnostics que tu poses, non sans un humour fascinant que je découvre, et qui sont autant de preuves d’amour un_contestables. Merci frère d’armes.

Repose en paix sur ton divan, nous poursuivrons notre croisade, nous surmonterons les obstacles et nous inspirerons de ton héritage, notamment de tes délicieuses archives et autres billets inédits que tu lègues à notre communauté. Nous attendrons ta résurrection, car, comme tous les psychanalystes ayant surpassé le grade de chambellan, tu seras appelé, un jour prochain, à ressusciter.

Tu seras, en attendant, notre martyr, notre Nom-dupe-Elvis, le nouvel emblème de notre bouclier freudien !

Avant de vous quitter, je vous offre en guise de supplément, quelques-unes des dernières déclarations de frère Jacasse (Jack proclame !), qui nous dévoile que jusqu’au bout, il contribua à serrer l’errant, à résister au harcelement commandité par la supercherie que l’on appelle le progrès :

[…] je ne m’étonne pas du tout des propos des associations de parents d’autistes contre la psychanalyse, puisque la psychanalyse représente en effet souvent par déplacement, l’objet auquel de nombreux parents attribuent fantasmatiquement la responsabilité des maux qui frappent leurs enfants dans une sorte de bruyante hystérie collective où le besoin de trouver un « coupable » domine largement sur une approche pragmatique et correctement informée des discours que l’on dénonce en en ayant pas compris le quart du tiers de la moitié.

Une chose est certaine… Si certains ne comprennent pas ou préfèrent faire l’impasse sur le fait que les fantasmes inconscients d’un sujet concernant ses images parentales ne sont pas nécessairement en rapport avec ce que sont les parents dans la réalité… Et si certains préfèrent retenir des hypothèses génétiques multifactorielles qui n’ont jamais été davantage prouvées empiriquement que les hypothèses psychanalytiques… La psychanalyse ne peut encore être tenue pour responsable des pathologies autistiques ou psychotiques présentées par certains enfants. N’en déplaise à bien des gens. […]

Publicités


Catégories :Blesse-Femme, Con-Sec-Ration, Concis des Rations, Mères Aboient Retord-Boyau, Non-Dupe-Elvis, Pro-Fesse Scie

Tags:, , , ,

4 réponses

  1. jack est parti ?
    non!
    jack??
    jack??

  2. Ho Jack RIP..mea culpa.. mea culpa.. mea culpa..ad libitum..

  3. Dernier coup d’éclat : trop modeste, Jack a changé la plupart des URLs.
    Mais l’hommage passera coûte que coûte !

    (le petit Loulou)

  4. Cher Jack,
    Tu avais pourtant raison, les mères d’enfants autistes, c’est toutes des hystériques.Ou des frigidaires.C’est selon.De toute façon, pas la peine de le leur expliquer, elles sont dans le déni, ces connes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :