Quand le clip torride s’en va, j’inhale.

Chers disciples,

Je souhaite tout d’abord vous rassurer : il n’y a pas de quoi fouetter un divan, aussi poussiéreux soit-il. La sorcière scientiste est parvenue, malgré son niveau intellectuel pour le moins abbé-sang pour ne pas dire féminin, à couper coller ses bandes au cours de l’une de ses nombreuses séances d’ergothérapie. Une nouvelle dénaturation a bien eu lieu dans un total irrespect de la parole de nos maitres enrubannés, si bien que j’entame en ce jour maudit du sein anneau une scission que j’espère non moins préalablement définitive avec les troupes du sergent instructeur Tuco qui nous a prouvé une fois de moins d’avantage qu’il n’en fut de chaines en or qui brillent : sa profonde incompétence doublée d’un éthylisme qui ne peut que peiner sans brosse à combler un manque de beignes, à moins qu’il s’agisse de baignades sans beignets mais qu’il en soit ainsi de l’excommunication communautaire et communiquante dans le plus profond respect de sa singularité d’incompétent.

Que nous montre donc la sorcière avec son nouveau coup de taser? Pas grand chose si ce n’est qu’elle « fait » sa psychanalyse comme disait père Cippabony au sujet du philosophe pas très frais. Hélas, son vaginisme étouffant ne laisse pas de place à la moindre béance qui nous aurait permis d’expliciter nos propos de manière à ce qu’ils n’apparaissent pas aussi ouvertement déchiquetés par cette mâchoire libidinale aux dents bien détartrées : nous avons donc bien été entartés.

Il n’est pourtant pas aberrant de suggérer que notre monde ne serait pas devenu aussi répugnant et blasphématoire si nous avions su entendre voire écouter la parole du pédophile plutôt que celle du féministe. Nos divins trous ne seraient certainement pas devenus de terrifiants pièges à loups (y es-tu?) dont les claquements métalliques et les éteint-selles dissuadent les plus sereines des pénétrations phalliques. Les couches de semence, appliquées avec grâce et volupté, ne seraient pas devenues des coups de semonce envoyés dans l’anticipation anxieuse d’une mutilation pénienne qui n’a rien de symbolique.

Si l’univers est en perpétuelle extension depuis sa naissance, il doit en être de même pour le phallus et donc pour son contenant dont le vide doit impérativement grandir sur le même rythme. Toute évolution contraire, notamment celle prônée par le féminisme aboutirait à une terrible régression vers le bigbang puis vers la désintégration phallique pure et simple, à savoir l’anéantissement de toutes les espèces, qu’elles soient humaines ou extra-terrestres. Comment est-il alors possible de douter du caractère impensablement fond-à-mental et passablement prime-ordial de notre mission?

Le sexe féminin contient de par sa vacuité les plus beaux des trésors enfouis dont certains gagneraient à pouvoir se laisser découvrir. Nos efforts d’apprivoisement, de débroussaillage, d’inspiration/exsufflation ne sauraient être ruinés par le sabotage d’une grognasse qui ignore tout de nos imminentes découvertes. Savait-elle que nous étions sur le point de découvrir au sein du trou noir ainsi colossalisé de l’une des psychanalystes interviewée une passerelle spatiotemporelle conduisant vers un point très éloigné de notre univers? Certainement pas!

Loin de ces préoccupations célestes, la sorcière préfère nous vanter les mérites de la vulve, des lèvres et du clitoris, à savoir autant d’appâts-rats chics et d’accessoires inutiles promus par une société de consommation qui n’hésite pas à condamner certaines pratiques culturelles ancestrales en les qualifiant de sauvages et mutilantes, ceci alors qu’elles permettaient au contraire de capitaliser sur la béance, de nous recentrer sur la réelle vacuité qui nous anime, de construire sur la singularité du trou de l’espérance, et donc sur notre espoir d’évolution vers le stade ultime de la libido.

Tandis que certains préfèrent s’en référer sans se défaire des affaires vouées à nous faire faire joujou avec des clitoris, piercings, baumes multi-lèvres et autres vernis en tous genres, les psychanalystes ne sauraient se laisser berner par ces pièges dérivatifs, ces paradis artificiels, ces fausses lanternes à vessies, ces mirages féminines é-triqués.

Nous, psychanalystes, savons que le secret est au fond du trou, et nous saurons y parvenir, pour vous sauver.

Pour Lacan-conquête spatiale,

Advertisements


Catégories :Blesse-Femme, Est-ce car Mouches?, Non-Dupe-Elvis, Sorcière Scientiste

Tags:, , , ,

6 réponses

  1. D’un coup, d’un seul, je me sens « phalliquement » lourde, mais alors, lourde…écrasante même!

  2. je reste pantois

  3. le mur c’était déjà pas mal, mais là nous sommes en plein délire collectif, Question, comment des femmes peuvent-elles soutenir un tel discours ??? car toutes de par leurs revenus, leurs statuts sont phalliquement lourdes ! schizophrénie sentencieuse, prétentieuse

    • Le nécrophile est bien entendu quelqu’un qui reconnait le droit à la jouissance du cadavre
      Le zoophile quelqu’un qui reconnait le droit à la jouissance des animaux…
      Celui qui se met une bouteille de coca dans le fondement reconnait le droit à la jouissance de la bouteille de coca, l’inscrivant ainsi dans l’ordre phallique.
      La vache quelle révélation

  4. Ainsi, sommes-nous tous damnés d’avance, par l’esprit enfoui dans l’orifice. C’est terrifiant! Décidément, le minotaure de l’inconscient, se trouvait donc là! Ils sont vraiment cons ces neurobiologistes.

  5. Sa violence n’est pas une perte de contrôle mais une PRISE de contrôle ! J’ai personnellement constaté qu’en dernier recours, lorsque le PN est définitivement démasqué, son acharnement à détruire le pousse à des actes insensés qui vont à l’encontre même de ses propres intérêts. Il s’acharne à détruire quitte à être détruit avec l’autre. . Sa notion de l’honneur est particulièrement primaire. C’est lorsque la victime trouve suffisamment de lucidité qu’elle devient « dangereuse ». Dès lors, la mise à mort semble irréversible.L’objet du problème n’existant plus, le problème n’existe pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :