La main au pas nié

Chers disciples, chères et mères,

C’est avec une jouissance incommensale que je vous annonce l’émergence d’un désir qui n’aura été refoulé que jusqu’à ce jour sans faim. Il s’agit de la naissance de la première association de parents digne de ce nom, garantie sans hystérie ni scientisme, et sexualisée à vos souhaits. Avant de vous signifier la présentation de sa présidente, je vous honore de l’une de mes prières préférées :

Ça, c’est est mon pénis.

Il y en a beaucoup comme ça mais lui c’est le mien.

Mon pénis c’est mon ami. Lui c’est ma vie.

Il faut que je maîtrise mon pénis comme il faut que je maîtrise ma vie.

Car sans moi mon pénis ne sert à rien. Et sans mon pénis je ne sers plus à rien.

Je fais feu pour mettre dans le mille. J’ai plus de précision que mon ennemi qui essaie de m’abattre.

C’est moi qui dois l’abattre avant qu’il ne m’abatte. Et je le ferai.

Je promets à Freud de garder cette foi. Mon pénis et moi-même sommes les défenseurs de la psychanalyse.

Nous sommes maîtres de nos ennemis. À nous deux nous sommes les sauveurs de l’inconscient.

Que Freud veille jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’ennemis, mais la paix.

Présentation de l’association « La main au pas nié »

« La main au pas nié » a été créée par des mères pour qui la quête du pénis a porté des fruits différents, et qui se refusent à ce que la branche craque. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode érectionnel de nos enfants, sans se référer à une norme, qu’il s’agisse de la taille ou de la manière de s’en servir. Nos parcours flottants et vécus sexualisés très différents nous permettent de témoigner de l’apport de la psychanalyse dans une approche respectueuse du pénis, qui permette autant l’émergence de la béance que celle de la semence.

Nous avons l’expérience des résistances et des blasphèmes rencontrés par nos petits pénis et leurs familles, et nous avons dû apprendre à « savoir y foutre », pour que les déférents trous noirs freudiens, lacaniens, kleiniens, winnicottiens, tustiniens (temples de jour, sanctuaires à tortues, oracles à contes, saintes flaques et autres divans) collaborent avec le souci du prépuce. Nous avons aussi pu constater que, dans chacun de ces trous, c’est le désir de nos pénis, du professionnel, qui est en Je. C’est pourquoi nous souhaitons des partenariats de confiance et des pénétrations interdisciples et interstitielles, permettant de « tripoter » pour chacun l’utilité publique qui nous convient.

Engagés en faveur d’un poing à charge sexualisé, analopédagogique et analéducatif, attachés à des préliminaires intégratifs, tout au long de la vie de la personne, nous souhaitons d’ores et déjà contribuer aux masturbations sur le troisième plan Pénis lancé par le gouvernement, et prenons en considérations les trois axes phalliques – Désir / Plaisir / Jouissance – auxquels nous proposons d’ajouter un axe « en douce heurt » : celui de l’écoute sadique et de l’ouverture aux partenaires multiples.

Dans l’éventail de leurs érections, nos pénis nous montrent qu’aucun d’entre eux n’est pareil à un autre, comme il en est pour tout un chacun. Ils confirment ainsi que le pénis, inséparable de la mère, peut la résumer tout simplement. Nous souhaitons en témoigner dans notre association.

Les buts de l’association « La main au pas nié »

  1. Promouvoir la place de nos pénis dans la Cité, sans se référer à une norme mensuratrice ou performative ;
  2. Faire émerger, pénétrer, vibrer l’invention de nos pénis sous toutes ses formes, de la trace la plus humble aux élaborations les plus complexes, comme caractéristiques remarquable du mode d’être au monde de la béance, à condition que soient respectées leur singularité et leur subjectivité ;
  3. S’assurer du respect de la subjectivité de nos pénis dans les trous qui les accueillent ; et défendre une approche intercoïtale de la prise en main et de l’érection impliquant une diversité d’intervenants : freudiens, lacaniens, kleiniens, winnicottiens, tustiniens, solaniens, aldominacios, abiberonés, dupaquetés, laznikis, danonboilés… ;
  4. Rechercher une pénétration active, consentante, confiante, profonde et apaisée avec les équipes qui accueillent nos pénis et créer des béances intersidérales d’échange d’autres associations.

Annick Rapput – Présidente

Advertisements


Catégories :Con-Sec-Ration, Est-ce car Mouches?, Mères Aboient Retord-Boyau, Non-Dupe-Elvis, Petits Fions et Laits Très Fermés, Sadicanalyse

Tags:, , , ,

2 réponses

Rétroliens

  1. Alerte hainorance épidémique! « Jean-Maŕìe de Lacan
  2. Plan autisme : la foi n’est pas au rendez-nous « Jean-Maŕìe de Lacan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :