L’asile muté ©©

Chers Disciples,

Voilà quelques semaines que mon inconscient est mis en plis au doute au point que je me fais face comme une jeune viennoise qui aurait vaincu l’inhibition intellectuelle pour faire face à la béance de son existence. Sommes nous réellement, psychanalystes modernes, aptes à la possibilité d’une émergence de faire scintiller notre religion comme elle scintillait jadis, à savoir comme Jacques-a-dit? Notre stratégie commune-de-niquation, de ne pas voir la fornication qui se déroule sous nos yeux entre la science et le grand capital, ne doit-elle pas aboutir à notre capitulation plutôt qu’à notre copulation? Notre stratégie militaire quant à elle demeure à vingt mille lieues sous les mères. Le général Tuco, sujet supposé savoir tout ce que nous avons toujours voulu savoir sur le sexe, semble avoir davantage sombré dans l’ivrognerie que dans l’ignominie. Des milliers d’heures passées à la traquer, des milliers de mes eCuls freudiens dépensés, n’auront eu raison du tord-boyau causé par la sorcière scientiste. Elle court toujours, plus nue que jamais pour mieux montrer ses bandes et nous faire ainsi débander jusqu’à nous la retourner. Le collectif scientiste rempli sa liste noire avec nos colloques, nos cercles, nos cartels de formation sous le seul prétexte que nous ne respecterions pas les recommandations de la chasse à fesses dont nous avons pourtant su tirer notre propre lecture. Or je vous le rappelle en cœur de bœuf chers disciples : toute liste n’est qu’un anticipatoire préalable à la rafle, que nous sommes réduits à attendre péniblement terrés dans nos temples.

J’ai évidemment su faire part de ce mariage du doute et de l’incertitude au Grand Oraclacanien, dont je n’ai pas immédiatement saisi l’émergence de la réponse. J’avais initialement l’impression de faire face à un mur, sentiment intolérable pour tout psychanalyste digne de ce nom. Les solutions que j’attendais de sa part du lion ne venaient pas. Nouveau colloque transatlantique? Nouvelle association d’utilité publique? Nouvelle vignette clinique promotionnelle d’un jeune sujet dit « autiste »? Nouvelle analyse œdipienne d’un long métrage Walt Disney? Nouvelle mise en garde contre l’homoparentalité? Nouvel dénonciation publique de la psychiatrie sécuritaire? Nouvelle prophétie publique annonçant la fin du monde? Menace de suicide collectif? Rien de tout ça ne m’était recommandé… Ce n’est qu’un beau matin que j’allais comprendre, en arrivant dans mon cabinet vers 11H30 à l’aube d’une nouvelle journée de travail. Comme à l’accoutumée, je me débarrassais du dernier cocktail Molotov adressé à mon encontre corporelle non symbolique par ces parents enragés, dépoussiérait mon divan ignifugé, et me rendais aux toilettes pour évacuer les restes de mes doutes obsessionnels de la veille lorsque, en dépliant machinalement l’un de ces prospectus vantant les mérites des TCC que j’utilise pour m’essuyer l’arrière-train, la vérité s’expulsa, enfin.

Notre connaissance de nos ennemis a beau être suffisamment bonne pour en dénoncer l’infamie, elle ne nous permet pourtant pas de mettre fin à cette terrible menace scientiste. Cette infamie, nous devons la vivre, la ronger et la détruire de l’intérieur pour que la psychanalyse rayonne enfin jusqu’à la nuit des temps anciens. Moi, Jean-Marie de Lacan, me porte volontaire pour infiltrer cette machine à broyer l’inconscient. Je serai la taupe de luxe, le cheval d’étroit au sein du saint de la forteresse comportementale et de la racaille scientiste. Je devrai braver les dangers, notamment les risques de mutations génétiques et autres chimpanzifications. Je n’en sortirai peut-être pas grandi mais la psychanalyse, elle, oui.

J’entame donc la première étape : celle de la formation dont je vous retranscrirai l’évolution pas à pas de manière à ce que par la meilleure des procurations, vous puissiez vivre cette expérience d’immersion chez les cognitivos et autres comportementalo-fachos.

Je vous délivrerai du mal.

Pour Lacan!

Advertisements


Catégories :Concis des Rations, Est-ce car Mouches?

Tags:, , , ,

2 réponses

  1. Ô cher Maître,

    En effet, gardons nous de la perfusion d’angoisse réciproque issue de la confrontation avec le mal incarné par les promesses de l’ombre faites dans le sillage du balai de la Sorcière.

    Saluons votre courage à évoquer cette diablesse et tous les fronts de nos combats en ces temps Halloweeniens.

    L’espoir de sa capture me fait frétiller le bulbe telle l’atteinte du Graal absolu, car avec Elle prisonnière et surtout muette, nous obtiendrons enfin un antivirus à large spectre propre à relancer nos affaires en toutes quiétude: songeons à l’élixir-antidote que nous pourrions extraire d’une goutte d’un de ses fluides, brumisable à l’infini en dilutions infinitésimale auprès de nos envahisseurs non croyant et pharmacothérapeutes impies !

    Car telle est sa puissance dés qu’elle éternue.

    Lutin sur tête de dragon

  2. J’attends la suite avec intérêt…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :