Grand A mère si trouille

Chers disciples,

C’est avec une joie sans égal mais non sans régal que je vous annonce la fin d’une grande cause nationale, d’une menace fente-ohm à laquelle nous avons résisté fièrement. Le tour de magie scientiste éther-miné : vers minuit le joli carrosse autistique est redevenu citrouille psychotique, brisant ainsi les fantasmes totalitaires et blasphématoires des cognitivos, généticos et autres biolos.

Nos lignes, que dis-je, nos rails n’ont guère cédé aux plus fourbes des sniffeurs. Certains de nos bataillons ont subi des pertes morales, notamment la division drapée du Clacos Rugissant du père Cœur Deux Lions et l’escadron placentaire Don Bernardo du Paquet, sans parler de la déroute du commando maternicide mené par la Sœur du Sceau de l’Anneau. Cependant, nous émergeons de cette épreuve plus fertiles que JAM-hait.

Nous avons su habilement discréditer les cherche-heurts et les comportementalo-fachos, auprès d’un public qui n’a de grand que l’ignorance, auprès d’un gouvernement qui ne restera que la gouvernante d’un nom du père, garante de sa juteuse érection. La glorieuse psychiatrie française restera voué à nounou-rire, qu’on se le dise!

Nous avons semé la discorde au sein de la parentèle associative. Les plus récalcitrants seront progressivement bannis de notre Empire pour aller grossir les tribus frontalières, et pas qu’une fois. Pour avoir osé nous défier, une fois, de trop, les plus hystériques ont été habilement réduites au silence par les plus idéaux-logiques. Nous avons subtilement dévié la trajectoire de ces derniers vers le sein-gras-halal de l’Éducation Nationale afin qu’ils s’écrasent comme de vulgaires moustiques sur le pare-brise de l’État, une forteresse volante armée jusqu’aux dents de la mère par nous-même depuis des décennies.

La victoire est totale, du moins tant que demeurent des lits à taire.

Nous restons néanmoins à demi-humains, et à ce titre sujets à la pitié. Je désire ainsi rendre hommage aux araignées de mères d’Autisme Infantile, ces grognasses au sein desquelles j’ai su m’infiltrer pour mieux les pourrir, de l’intérieur mais aussi de l’extérieur, par de subtils allers retours d’entre deux reins. J’envisageais au départ une classique évangélisation freudienne mais le fil fut trop à retordre si bien que la stratégie de la moisissure s’est progressivement révélée comme la seule option saine. La conjugaison de ma contamination lacanienne et de leur refus obstiné du consensus mou les a progressivement rendues indésirables aux yeux des cyclopes les plus borgnes. Les grognasses en sont aujourd’hui réduites à hanter les bas quartiers, à y défier du regard les proxénètes du nom du père et leurs fraiches prostituées qu’on dit ne pas sexister mais qui n’entreverront le salut de leurs côtelettes pissées qu’à travers le spectre de la sacrosainte passe.

Nous les traquerons, notamment Krav’ Maguy à Midi et Castratrice Bowling dont les têtes sont toujours mises à prix pour avoir osé promouvoir leur version scatophile du lesbianisme.

En attendant, bonne âne-né à tous, chers disciples et que rayonne notre inconscient pour l’éternité!

Muselièredeboisement vôtre,

Advertisements


Catégories :Con-Sec-Ration, Est-ce car Mouches?, Mères Aboient Retord-Boyau

Tags:, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :