Alerte hainorance épidémique!

Chers disciples,

La haine et l’ignorance se feraient pendre si elles n’étaient aussi aptes à se répandre. Nous qui sommes les mieux placés, par le prophète premier lui-même, pour les repérer sommes logique-ment les plus missionnés pour dénoncer cette épidémie. Ma véritable tour de contrôle oraclacanienne, à travers laquelle nos prophètes me parlent en attendant leur résurrection, me signale l’éclosion récente de plusieurs foyers hainoranciels. Le plus inquiétant reste à n’en poing douter celui qui sévit actuellement au sein même du parti socialiste et qui doigt nous pousser vers l’émergence d’un endiguement des plus prompts. Les sujets infectés doivent impérativement être soustraits de la sphère publique afin de bénéficier d’une mesure de quarantaine dans nos temples. Y seront prodigués des soins freudobiotiques intensifs sachant que les germes scientistes les plus récents développent des résistances aux lacanobiotiques. Les principaux vecteurs de transmission demeurent à ce jour les parents dont la contagiosité hystériforme impose des mesures « sras-tic ». Ainsi, la main au pas nié, notre association parentale pour la défense du pénis qui ne saurait pour autant être reniée, suspend temporairement ses adhésions. La présidente Annick Rapput et sa vice-présidente Lydie Lape-Idée ont hélas été dans l’obligation de procéder à une mesure deux-tas-nazis chez leur troisième adhérente. Recrutée il y a quelques jours, cette dernière présentait des signes très évocateurs de contamination, à savoir des antécédents familiaux de comportementalisme au troisième degré associés à un discours d’allure oniroïde sur la prétendue nécessité d’éradiquer l’encoprésie autistique. Paix à son inconscient.

Pour mémoire, je vous rappelle les critères diagnostiques de la psychose hainorancielle, tiré de notre vénérable jaquette mentale :

A. Présence d’une ou plusieurs des manifestations suivantes (critères majeurs) :

1. Freudo-blasphème (propos désobligeants concernant le prophète premier, sa famille, ses descendants réels ou symboliques)

2. Freudo-négationnisme (déni des découvertes freudiennes et des avancées théorico-pratiques de la psychanalyse)

3. Critique excessive d’une ou de plusieurs théories psychanalytiques (le caractère excessif est laissé à l’appréciation du psychanalyste clinicien)

4. Références non intégratives (de la psychanalyse)

5. Scientismophilie galopante (le caractère galopant est laissé à l’appréciation du psychanalyste clinicien)

B. Retentissement réel ou symbolique sur l’inconscient collectif d’un ou de plusieurs psychanalystes

C. La durée minimale de ces manifestations ne doit pas être inférieure à celle d’une séance courte

D. Le diagnostic sera maintenu si les perturbations sont provoquées par un abus de substances psychoactives, par un trouble psychiatrique ou par une affection médicale générale

Épidémique-ment vôtre,

Advertisements


Catégories :Cas leçons, Mères Aboient Retord-Boyau, Pro-Fesse Scie

Tags:, , , ,

3 réponses

  1. Je sens que l’on va me chopper pour m’interner. Le problème c’est que j’ai toujours développé une allergie aux freudobiotiques : à chaque fois, c’est imparable, je gerbe. Mais enfin, merci de me prévenir.

  2. 1) Je constate, avec stup et faction, que Jean-Marie de Lacan définit les critères de la psychose hainorancielle selon la présentation des troubles du DSM !
    Certes, le Grand Gardien du Temple Psychanalytique « ne s’autorise que de lui-même », mais comment ose-t-il ajouter une catégorie au DSM alors que celles définies, pour l’éternité, par le génie insubmersible — Maître Freud — devraient amplement suffire à ses affaires: neurasthénie, paranoïa, perversions, névroses hystérique, phobique, obsessionnelle, traumatique, narcissique (la “schizophrénie” de Bleuler).

    2) A supposer un instant que les « scientistes » — comme il dit — et les parents d’autistes soient atteints de psychose hainorancielle, ne serait-ce pas parce qu’ils essaient d’être aussi rigoureux que Lacan, les logiciens et les géomètres ? En faisant un détour par l’Inconscient freudien, j’affirme que oui !
    Rappelons que Lacan enseignait à l’Université de Yale, le 24-11-1975 : « La psychose est un essai de rigueur. En ce sens, je dirais que je suis psychotique. Je suis psychotique pour la seule raison que j’ai toujours essayée d’être rigoureux. Cela va évidemment assez loin puisque ça suppose que les logiciens, par exemple, qui tendent vers ce but, les géomètres aussi, partageraient en dernière analyse une certaine forme de psychose. »

    Pour lire le texte dont est extrait cette découverte :
    http://icampus.uclouvain.be/claroline/backends/download.php?url=L0xhY2FuLllhbGUuMTk3NS4xLmRvYw%3D%3D&cidReset=true&cidReq=EDPH2277

  3. Ah oui, trés bonne cette non-fiction . Parfait parallèle géométrique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :