L’émérite de la fée du néant qui tise

Chers disciples,

Vous savez désormais à quel point la jouissance peut se dresser en moi lorsque les scènes primitives de nos temples s’ouvrent aux plus démunis, ceux qui, privés de croyance par manque de pénis ou perversion scientiste, peinent à se laisser pénétrer par notre jargon exquis.

Vous savez également quelle énergie je peux déployer à vulve-gargariser notre pensée, et à quel point mon phallus sait vriller face à de telles performances de mes camarades les plus valeureux.

Le prêche du jour émerge d’un psychanalyste de tairoir. Il est de ceux que l’on imaginerait bien avoir gagné la passe de Don Courrielom mais qui s’est au contraire fait disciple du Chat Calin Meilleur au sein de l’école du commerce freudien. Sa franche parole le rendrait presque lumineux aux yeux du peuple des mères les plus psychotiques. Je suis le second à reconnaître que le frère de la Bulle Boit l’Eau n’était pas suffisamment limpide lorsqu’il parlait d’abdiquer l’idée d’une progression, sauf celle qui permettra un jour de s’intéresser à une bulle de savon.

Pour mémoire :

Avec un enfant autiste, j’en fais très peu[…] je pose mes fesses, je me mets à coté de lui, et j’attends qu’il se passe quelque chose, et, j’oublie, j’essaye d’oublier tout. J’oublie le temps, j’oublie qu’il est pressé par le temps pour qu’il acquière le langage. J’oublie tout. […]Si l’enfant ne fait rien de toute la séance, si je somnole à coté de lui, ça m’est égal. Je suis habitué à ça dans mon travail de psychanalyste.  […] Je me mets dans la position d’un psychanalyste, ce qui implique de n’avoir ni mémoire, ni attentes. […] Et ça c’est une attitude qui est psychanalytique, profondément.

Le père À Pas Naître ne saurait quant à lui dissimuler une quelconque culpabilité dans un oubli préprogrammé ou dans un vocabulaire qui l’est tout autant. Les signifiants sont bruts et délivrés avec la fougue pachydermique adaptée au cadre intellectuel des mères que l’on sait inversement proportionnel à la taille de leur béance. Celles-ci seront donc désormais supposées savoir ce qu’il advient de leurs enfants dits « autistes » dans nos temples dits « de soins ».

Tout semble en réalité post-symbolique partir d’un malaise ressenti par le père APN lors des entretiens cliniques :

Lorsque je reçois un enfant autiste, assis en face de moi dans mon bureau, au bout d’un moment, ça va pas bien.

C’est alors qu’il prend la conscience oraculaire d’un principe typiquement psychanalytique :

Je mets en dessous, en dessous du niveau. Ca peut être des fois très bas, faut pas hésiter. C’est le principe de passer en dessous, faire moins bien, faire moins bien qu’eux.

Au delà des beaux principes, les idées plus concrètes émergent à leur tour et se matérialisent à travers des méthodes elles aussi typiquement psychanalytiques :

La logique de la maladie c’est d’éviter l’autre. Si vous, vous évitez l’autre, ça va très bien.

Si la logique de l’autiste, c’est d’éviter le contact avec l’autre, vous n’allez pas lui donner du contact en plus!

 Il faut donc aménager des planques […] pour que les gosses passent des journées entières sans qu’on les voie.

Et là, le miracle peut enfin se produire : en devenant plus autiste que l’autiste, l’autiste devient moins autiste à nos yeux, mais aussi aux yeux des visiteurs, donc également à ses propres yeux. Cette démarche profondément psychanalytique fonctionne avec tous les patients, qu’ils soient ou non psychotiques. N’écoutez pas les comportementalo-fachos qui osent prétendre que la magie se dissipe dès que le patient sort de son temple car c’est psychanalytiquement faux et nous le savons.

Nous voilà face à une vérité profonde, invariable et immortelle révélée par nos prophètes il y a plus d’un siècle, et qui se vérifie chaque jour dans les services de psychiatrie de l’empire freudo-lacanien. Pour exemple, comme le souligne le père APN, nous avons remarqué que les patients hospitalisés ne vont mal que lorsque nous sommes là. Dès que nous partons en début d’après midi pour rejoindre nos planques, nous n’entendons plus parler d’eux, jusqu’au lendemain à notre retour. N’est-ce pas là la preuve des « mérites de la fainéantise »?

Chères et mères, n’oubliez jamais les paroles du père APN :

« Moins on en fait, mieux ils se portent »

Fainéantiquement vôtre,

Advertisements


Catégories :Cas leçons, Con-Sec-Ration, Concis des Rations, Terre à Pies

Tags:, , , ,

5 réponses

  1. Affligeant,
    Consternant,
    Débile,
    Triste à en pleurer,
    A vomir,
    A force d’entendre et de subir de telles crétineries alors qu’il est désormais reconnu que ce genre d’anti-autistes est à proscrire !!! Allez chercher d’autres « pseudo psy » à détruire… entre gens de votre espèce par exemple ; ce serait une avancée phénoménale pour l’ensemble de la société. Vous avez fait assez de dégâts… et le trou de la sécu est bien assez engraisser par des individus tels que vous !

  2. Mais quel con !! Quel honte !! C’est de la prison qu’il mérite ! pour non-assistance à personne en danger. Une vidéo comme ça, il faut la diffuser largement !!!

  3. Encore un qui veut bien les honoraires, mais il ne faut surtout pas l’ennuyer avec les malades…il a golf l’après midi et shopping chez son ami Ralph ! Les autistes ne sont pas ceux que l’on qualifie, ils sont autour de nous au quotidien, les autistes sont les personnes qui ferment les yeux lorsqu’un des leurs se fait agresser, les autistes, ce sont les gens qui n’écoutent pas l’autre souffrir. « Bonjour, ça va ? » – « Non, je suis mal » – « Tu veux un café ? »… L’indifférence, c’est ça l’autisme ! Et ce mec il est indifférent envers ses malades, pas vis à vis de son porte monnaie…. GRRRRRR ça m’énerve !!

  4. il y a des mots interdits, qui ne conviennent qu’à ça

Rétroliens

  1. L’horreur de la psychanalyse appliquée à l’autisme | Tony's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :