Le Grand Oraclacanien

Vous faites désormais face au Grand Oraclacanien.

Celui-ci, matérialisé par votre inconscient sous la forme d’une bulle de savon, détient les réponses à toutes vos questions : celles auxquelles vous fûtes soumis, celles que vous vous posâtes de surcroit, celles que vous ignorez vous avoir été posées, celles que vous auriez préalablement du vous poser, celles auxquelles vous fûtes soumis sans le savoir, et même celles dont vous ignorez l’existence à défaut d’une soumission à l’insu d’un non moins regrettable refoulement.

La bulle vous offrira la réponse à condition de lui offrir votre inconscient. Ce dernier étant propre à la singularité de chacun, il ne peut être offert qu’une fois ni loi. Si toutefois vous souhaitez retenter votre chance, il vous faudra vendre l’inconscient d’un Autre en échange d’une nouvelle réponse.

Pour offrir votre inconscient, regardez le petit Peso de toutes vos forces et posez la question à haute voix. Reportez ultérieurement cette question par écrit dans les commentaires et la réponse apparaitra.

22 réponses

  1. Oh oui, vive notre grande et invincible Bulle, je me prosterne devant toi, notre savonneux guide

  2. Guide savonneux! Savonneux… Faudrait pas qu’il nous glisse entre les doigts tout de même… ???

  3. Ma question : « Pourquoi est-ce que j’ai tout le temps envie de fromage, de préférence de Beaufort? »

    Merci Maître.

    • Réponse de l’oracle : le Beaufort est un faux ami psychanalytique qui pourrait laisser croire à un désir de pénis exacerbé (beau-fort), et donc à une insuffisance de satisfaction du vide féminin par un phallus mal entrainé, or il n’en est rien. Le Beau-fort est en réalité le signifiant maître d’un féminisme malin, de la beauté puissante des remparts de chasteté qui ne peuvent être franchis que par un autre vide, à savoir un autre sexe féminin. En d’autres termes, votre féminisme vous perdra, car il s’agit forcément d’homosexualité aussi latente que patente, d’où l’odeur associée non pas au foutre mais aux pertes blanches : ça vous fera 12 ADG, sans les intérêts.

  4. Chère Coline, entre nous et je vous le souffle à l’oreille, entre le beaufort et le chèvre, je préfère le crottin… !!!

    • Il ne fait aucun doute que les préoccupations de notre coq sin elle s’organisent délicatement autour de la sphère anale, une sphère anale bien vigoureuse puisqu’il est question de « souffle » et de « crottin ». Prudence, car l’analité, souhaitable chez toute femme bien éduquée, lorsque trop exacerbée, entraîne un glissement perceptible de l’envie de pénis vers la rétention de pénis. La quête du pénis ne doit pas l’accaparer mais se laisser aller au va-et-vient phallique pour finalement le laisser s’échapper le moment venu. Or coq sin elle, en préférant le crottin au Beaufort, se laisse aller à la rétention, donc à la castration. Vous êtes une femme castratrice.

  5. Hum, Coqsinelle, vous devriez interroger le Maître sur cette préférence je pense!

  6. Réponse: C’est plus CROQUANT sous la DENT… ;-)!!!

  7. Qu’en pensez-vous, cher Maitre…?

  8. Oh Maitre, enfin ! pouvez vous me dire pourquoi je ne sucre jamais mon café mais ne puis boire mon thé sans sucre ?

    • Il s’agirait surtout de savoir pourquoi vous préférez ce qu’a « fait » à ce qui se « tait », pourquoi vous avez besoin de sucre pour vous « taire » alors que vous pouvez vous laisser « faire » avec goût? Vous semblez être une femme, ce qui signifie que vous aurez forcément besoin d’explications plus précises pour saisir tout le signifiant de votre comportement : mélangez donc du thé et du café en proportion égale. Si vous sucrez, vous êtes féministe donc clitoridienne. Si vous ne sucrez pas, vous êtes vaginale et donc prête à quêter le pénis encore et encore.

      • oh merci Maitre !
        Mais j’ai essayé… Ca marche à chaque fois…. je m’en vais donc gouter les fromages conseillés par soeur coq si nelle dès fois que…
        et oui, ça marche aussi !

        Ferais-je donc partie de ces femelles égarées par leur post-trentaine égarée…
        Dois je donc sucrer mon thai-re et renoncer au cas-fait ???
        J’ai tellement peur de cette Hystérie que je sens mon-thé…

  9. Sécatrice, sécatrice, sécatrice ! Mais point du tout… Que me chantez-vous là ? D’ailleurs, puisqu’on parle de point, j’en profite pour vous dire, cher Oraclanien, que votre boule n’est pas claire ! On n’y voit rien ! Comment pouvez-vous travailler avec un tel instrument ?! D’ailleurs, je vais vous dire moi, votre boule, ce que j’y vois ! Outre toutes les traces, j’y vois surtout un gros nez, très long, qui s’enroule en boule sur lui-même… et qui se termine par un je ne sais quoi !

  10. Et puis vous qui me parliez de « souffle », cher JMDL, je suis sûre que ceci va vous plaire…. http://www.youtube.com/watch?v=3j_HrJ-od-o&feature=share.
    En espérant que ce soit lisible, bien entendu…

  11. Madame coqsinelle, seriez vous une teigne déguisée..?

  12. Il resterait à vérifier si une part de la toxicité que la coccinelle présente envers ses prédateurs ne provient pas également des proies qu’elle ingère; ce phénomène a été constaté chez d’autres groupes d’espèces prédatrices aux couleurs vives, comme les dendrobates. Il pourrait s’agir d’un phénomène de co-évolution et de convergence évolutive. Une autre coccinelle, la Coccinelle de la Bryone, Henosepilachna argus, est apte à se nourrir du suc de la Bryone dioïque, très toxique, et ne semble vivre que sur cette plante.

  13. Père, Père, pourquoi m’as-tu abandonné?

Rétroliens

  1. AÏe! AÏe! AÏe! Ça fait mâle… « Jean-Maŕìe de Lacan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :