Papayou Taule d’Eau

 

Choisir : Mais enfin, il y a bien des cas de viol ? 
Dolto : Il n’y a pas de viol du tout. Elles sont consentantes.
Choisir : Quand une fille vient vous voir et qu’elle vous raconte que, dans son enfance, son père a coïté avec elle et qu’elle a ressenti cela comme un viol, que lui répondez-vous ?
Dolto : Elle ne l’a pas ressenti comme un viol. Elle a simplement compris que son père l’aimait et qu’il se consolait avec elle, parce que sa femme ne voulait pas faire l’amour avec lui. (…)
Choisir : D’après vous, il n’y a pas de père vicieux et pervers ?
Dolto : Il suffit que la fille refuse de coucher avec lui, en disant que cela ne se fait pas, pour qu’il la laisse tranquille.
Choisir : Il peut insister ?
Dolto : Pas du tout, parce qu’il sait que l’enfant sait que c’est défendu. Et puis le père incestueux a tout de même peur que sa fille en parle. En général, la fille ne dit rien, enfin pas tout de suite.

« Tous les autistes sont surdoués pour la relation humaine et pourtant ils sont dans un désert de communication. Souvent la personne qui s‘occupait d’eux était désertée elle aussi au cours de son premier âge et elle a transmis l’état de désert à ce bébé qui évoquait pour elle son petit âge. »

« Il y a des enfants qui sont télépathes et voyants : je connais une petite fille qui, dans un train, un jour qu’une dame venait d’expliquer qu’elle allait voir son mari, a dit tout haut : ‘Mais, ce n’est pas vrai ! Son mari, il n’est pas là. Elle va voir un autre monsieur, et elle ne le dit pas à son mari.’ La dame est devenue toute rouge… »

« Je ne crois pas aux psychotiques. Je veux dire à la ‘fatalité’ de ces états. Pour moi, ce sont des enfants précoces à qui on ne parle pas de ce qui les concerne. Ça peut se passer dans les premiers jours, à la maternité, quand on ne parle pas à l’enfant, par exemple, de l’angoisse de sa mère à accoucher un enfant sans père, ou qu’elle ne lui dit pas que sa famille ne voudra pas de lui, ou qu’elle voulait une fille et que c’est un garçon ou qu’elle a tel ou tel souci majeur étranger à lui qui l’obsède. »

« Le cauchemar de l’enfant qui a peur des panthères ou du loup vient de ce qu’une mère panthère ou louve s’est développée en lui, à l’image de la mère de qui il ressentait, sans qu’elle s’en rende compte, cette agression maternelle, consciente ou sollicitante dont il était tout le temps l’objet à l’époque où sa relation au monde et à sa mère était de dépendance vitale. »

3 réponses

  1. Croustillant… moi qui ne pensais jamais lire de Dolto, ça donne envie ! 😀

  2. welcome back
    on espère quelques petits commentaires sur le dossier « la tyrannie des mères » du Point de cette semaine (ah, ces salopes de mères, avec leur désir de toute puissance! On allait oublier qu’elles sont coupables de tout, heureusement que la presse paruisienne convoque régulièrement des psychanalystes pour leur botter le cul)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :