Prophète Second

 

« Qu’est-ce que la clinique psychanalytique ? Ce n’est pas compliqué. Elle a une base – C’est ce qu’on dit dans une psychanalyse. En principe, on se propose de dire n’importe quoi, mais pas de n’importe où – de ce que j’appellerai pour ce soir le dire-vent analytique… On peut aussi se vanter, se vanter de la liberté d’association, ainsi nommée… Évidemment, je ne suis pas chaud-chaud pour dire que quand on fait de la psychanalyse, on sait où on va. La psychanalyse, comme toutes les autres activités humaines, participe incontestablement de l’abus. On fait comme si on savait quelque chose. »

« L’interprétation doit être preste pour satisfaire à l’entreprêt. De ce qui perdure de perte pure à ce qui ne parie que du père au pire »

« Notre pratique est une escroquerie, bluffer, faire ciller les gens, les éblouir avec des mots qui sont du chiqué, c’est quand même ce qu’on appelle d’habitude du chiqué. »

« La psychothérapie ramène au pire…Ce n’est pas la peine de thérapier le psychique. Freud aussi pensait ça. Il pensait qu’il ne fallait pas se presser de guérir. »

« Le sexe féminin a un caractère d’absence, de vide, de trou qui fait qu’il se trouve être moins désirable que le sexe masculin … »

« La femme n’entre en fonction dans le rapport sexuel qu’en tant que mère. […] A cette jouissance qu’elle n’est pas toute, c’est-à-dire qui la fait quelque part absente d’elle-même, absente en tant que sujet, elle trouvera le bouchon de ce a que sera son enfant. »

« Il n’y a de femme qu’exclue par la nature des choses qui est la nature des mots, et il faut bien dire que s’il y a quelque chose dont elles-mêmes se plaignent assez pour l’instant, c’est bien de ça – simplement, elles ne savent pas ce qu’elles disent, c’est toute la différence entre elles et moi. »

« Ce qui laisse quelque chance à ce que j’avance, à savoir que, de cette jouissance, la femme ne sait rien, c’est que depuis le temps qu’on les supplie, qu’on les supplie à genoux – je parlais la dernière fois des psychanalystes femmes – d’essayer de nous le dire, eh bien motus ! On n’a jamais rien pu en tirer. Alors on l’appelle comme on peut, cette jouissance, vaginale, on parle du pôle postérieur du museau de l’utérus et autres conneries, c’est le cas de le dire. Si simplement elle l’éprouvait et n’en savait rien, ça permettrait de jeter beaucoup de doutes du côté de la fameuse frigidité. »

« Si la libido n’est que masculine, la chère femme, ce n’est que de là où elle est toute, c’est-à-dire là d’où la voit l’homme, rien que de là que la chère femme peut avoir un inconscient. Et à quoi ça lui sert ? Ça lui sert, comme chacun sait, à faire parler l’être parlant, ici réduit à l’homme, c’est-à-dire – je ne sais si vous l’avez bien remarqué dans la théorie analytique – à n’exister que comme mère. »

« La vraie religion, c’est la romaine. Essayer de mettre toutes les religions dans le même sac et faire ce qu’on appelle de l’histoire des religions, c’est vraiment horrible, il y a une vraie religion, c’est la religion chrétienne. Il s’agit simplement de savoir si cette vérité tiendra le coup, à savoir si elle sera capable de sécréter du sens de façon à ce que l’on en soit vraiment bien noyé. Elle y arrivera, c’est certain, parce qu’elle a des ressources. Il y a déjà des tas de trucs qui sont préparés pour ça. Elle interprétera l’Apocalypse de saint Jean. Il y a déjà pas mal de gens qui s’y sont essayés. Elle trouvera une correspondance de tout avec tout. C’est même sa fonction. »

« Je ne suis pas du tout philosophe »

« J’attache énormément d’importance aux jeux de mots, vous le savez. Cela me paraît la clé de la psychanalyse »

« Mes Écrits, je ne les ai pas écrits pour qu’on les comprenne, je les ai écrits pour qu’on les lise. Ce n’est pas du tout pareil. C’est un fait que, contrairement à ce qui s’est passé pour Freud, il y a tout de même pas mal de gens qui les lisent. Ils ont certainement plus de lecteurs que Freud n’en a eu pendant quinze ans. À la fin, bien sûr, Freud a eu un énorme succès de librairie, mais il l’a attendu très longtemps.Je n’ai jamais rien attendu de pareil. Ça a été pour moi une surprise totale que mes Écrits se vendent. Je n’ai jamais compris comment cela s’est fait.

Ce que je constate par contre, c’est que même si on ne les comprend pas, ça fait quelque chose aux gens. Je l’ai souvent observé.Ils n’y comprennent rien, c’est tout à fait vrai, pendant un certain temps, mais ça leur fait quelque chose. Et c’est pour cette raison que je serais porté à croire que, contrairement à ce que l’on s’imagine au-dehors, on les lit. On s’imagine que les gens achètent mes Ecrits et qu’ils ne les ouvrent pas. C’est une erreur. Ils les ouvrent, et même ils les travaillent. Et même ils s’esquintent à ça. Évidemment, quand on commence mes Écrits, ce qu’on peut faire de mieux, c’est d’essayer de les comprendre. Et comme on ne les comprend pas, on continue d’essayer. »

16 réponses

  1. Inculte dans tous les domaines ce pauvre Lacan…biologie, religion (la religion romaine est la religion chrétienne,c’est la salade de pâtes dans sa tête, le pauvre homme), linguistique, tout y passe.Le type même du cuistre dans tout sa splendeur…(oui j’avoue, je l’envie un peu!)

  2. « oui j’avoue, je l’envie un peu! » -> C.Q.F.D

  3. Bonjour, merci de cette horrible collection, mais pour un travail sérieux que je prépare (Autisme et psychanalyse), j’aurais aimé connaître la source exacte de chaque citation (titre, page, si possible édition et année). Vous est-il possible de me communiquer ces infos ?

  4. JMDL, Camille est un homme, pas un crocod**, oups, une femme

  5. A la manière de votre réponse, j’ai un peu l’impression que vous m’avez pris pour ce que je ne suis pas. Si j’ai par exemple employé le mot « horrible », c’était pour signifier le plein d’horreur qui se trouvait dans les propos psychanalytiques que vous rapportez, pas dans le choix des citations. Je prépare un billet pour défendre le documentaire Le Mur de Sophie Robert et développer tout un argumentaire contre les théories et les pratiques psychanalytiques, en particulier dans sa prétention de prendre en charge le handicap autistique. Maintenant, si vous ne voulez vraiment pas m’aider, je respecte ce choix, bien entendu. Je ne connais pas l’horrible Jacques dont vous parlez, mais je vais me renseigner de ce pas.

  6. Je viens de lire la liste de vos camarades et celle de vos « racailles ». Je viens d’avoir de comprendre pourquoi vous avez qualifié Van Rillaer de « raclure ». Je trouve votre attitude au moins navrante. Elle me rappelle ce que me disait il y a peu.. Tarky Varso, une de vos camarades. Nous devrions pouvoir polémiquer en restant dans le logos et en s’éloignant du pathos. Ecoutez vos amis, ils ont parfois raison.

  7. Je l’ai répété mille et trois fois, et ça va effectivement mieux, quel magicien vous faites !

    merciiiiiii !

    Et merci tout plein à Coline, qui m’a bercé d’illusion.

  8. Camille, très bon article sur Mediapart au passage 🙂

  9. merci, Coline. J’en prépare un autre, plus riche, en remplacement de celui-ci.

  10. Lacan cuistre ? peut être, ses disciples surement ! Lacan en bon anarchiste de droite aimait tromper son public par de fausses citations, des étymologies fantaisistes, l’emmener sur des pistes de « réflexion » bizarres, le rendant ainsi incompétent.. Incompétence nécessaire pour assurer le pouvoir du maître ! Cuistre non, mais charlatan oui,! Il a su masquer une pauvreté de pensée relevant de cours de philosophie des Lycées par un emballage biscornu, grotesque, baroque, emballage de leurre bien évidemment. Pendant que les lecteurs se penchent pour déchiffrer la gangue absconse de ses Ecrits, et autres séminaires, bien évidemment ils ne comprennent pas le texte. Comprendre le texte c’est mettre Lacan à nu : platonisme de bazar, idéalisme échevelé, spéculations pures rebondissant sur elles mêmes, le jeu de mot est pour cela exemplaire, il permet d’aller d’un champ à un autre, de butiner sans jamais s’arrêter, de mettre le lecteur en situation de sidération. Lacan grand maître de l’escroquerie continuera de prospérer tant que des cyniques l’utiliseront pour asseoir leur pouvoir et tant qu’il y aura des personnes en mal de certitudes qui croieront trouver dans les arcanes lacaniennes le secret du monde. Laz psychanalyse en fin de compte n’est que le dernier avatar des idéologies totalisantes et totalitaires du XIX° siècle, ces chemins qui ne mènent nulle part.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :